Comment devenir chargé de recherche au CNRS ?

Plus méconnue que la voie conduisant aux fonctions de maître de conférences, celle des chargés de recherche constitue également un « débouché naturel » après une thèse de doctorat. Contrairement aux fonctions de maître de conférences, le chargé de recherche, fonctionnaire de l’État rattaché au CNRS et détaché dans une unité mixte de recherche, n’a qu’une mission, la recherche, que l’on peut décliner de la manière suivante :

  • l’animation de réseaux de recherche (par exemple les groupes de recherche, GDR) ;
  • la confection et le suivi de projets de recherches, nationaux comme les appels à projets de l’Agence Nationale de la Recherche, ou internationaux tels que les appels de la Commission européenne1 Voir ANR : www.agence-nationale-recherche.fr/financer-votre-projet/appels-ouverts/appel-a-projets-generique-2014-2014 & Commission européenne : ec.europa.eu/france/news/evenements/europe-2020/index_fr.htm ;
  • la valorisation de la recherche, sous forme de séminaires, de colloques, de publications d’ouvrages et d’articles scientifiques.

Le corps des chargés de recherche comprend deux grades :

  • Chargé de recherche grade 1 (CR1). Si les conditions salariales sont plus attrayantes, les critères de sélection sont aussi plus exigeants : quatre années d’ancienneté dans la recherche, limitation du nombre de candidature à trois (sauf exception dans le cas de deux admissibilités passées).
  • Chargé de recherche grade 2 (CR2). Les postes sont généralement plus nombreux, et certains sont soit « coloriés » (des thématiques spécifiques), soit fléchés (pour un centre de recherche).

Le recrutement

Le recrutement des chargés de recherche s’effectue par voie de concours. Dans un premier temps, les candidats-es déposent un dossier sur le site du CNRS2 Pour plus de précisions quant au concours, à la fonction de CR, aux auditions, etc., consultez le site dédié du CNRS : www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/informer/default-fr.htm (cette procédure s’ouvre au début du mois de décembre pour se clôturer au début du mois de janvier de l’année suivante). Les principales pièces de ce dossier sont le projet scientifique, qui constitue la trame des recherches pour les années à venir, et les lettres de soutien de laboratoires (les candidats-es sollicitent le soutien d’un ou plusieurs laboratoires dans lesquels ils-elles souhaiteraient être affectés-ées). Après examen des dossiers par les commissions compétentes, les candidats-es admissibles passent des auditions, généralement en mars-avril. L’admission est la phase qui consiste à arrêter une courte liste de candidats-es après les auditions.

Deux rapporteurs issus des sections visées3 Les sections sont fixées par le Comité national de la recherche scientifique : www.cnrs.fr/comitenational/sections/intitsec.phpCes sections sont composées de 14 membres élus et de 7 membres nommés, représentant les corps de chargés de recherche, de directeurs de recherche, de maîtres de conférences et de professeurs des universités. Chaque bureau est en place pour une période de quatre années et a en charge la politique de recrutement (modalités d’évaluation, types de dossiers, etc.). sont désignés pour chaque dossier. Après les auditions, chaque jury établit un classement des candidats-es auditionnés-ées, et les meilleurs dossiers sont renvoyés devant une commission qui, sur la base des évaluations effectuées par chaque jury, dresse un classement final.

Quelques conseils

L’évaluation s’appuie en premier lieu sur la qualité scientifique des dossiers – à savoir principalement les publications, communications et prix éventuels issus des travaux passés –, et la pertinence des projets scientifiques. Il convient alors d’apporter un soin particulier à l’élaboration de ce projet. S’il est difficile de prodiguer des conseils généraux sur le contenu et la forme des projets scientifiques, on peut tout de même dégager trois règles générales.

Que ce soit pour la rédaction du projet scientifique ou l’audition, nous vous renvoyons vers les conseils de Claire Lemercier, ancienne candidate dans différentes sections, sur le site Académia.edu : academia.hypotheses.org/438

  1. Il doit être accessible pour des non spécialistes du domaine de recherche. Si le premier rapporteur est généralement désigné comme étant spécialiste du domaine, il ne faut pas oublier que les autres membres du jury ne le sont pas nécessairement.
  2. Il doit être à la fois ambitieux/original mais ne pas déroger à la règle de la faisabilité. Pour ce faire, il est conseillé de proposer un plan de recherche convaincant (avec échéancier, méthodologie, ressources, etc.) pour mener à bien le projet.
  3. Il doit être synthétique dans sa page de résumé afin que tous les membres de la commission d’évaluation puissent en prendre connaissance.

Par ailleurs, n’hésitez pas à consulter des projets scientifiques en ligne ou que vous pouvez vous fournir dans votre entourage.

Il est conseillé de déposer un dossier dans une section en lien direct avec vos disciplines (les dossiers non admissibles le sont souvent en raison de la non adéquation avec le champ disciplinaire), et de prendre connaissance des critères de chaque section4 Parmi les 41 sections dans lesquelles les candidats-es déposent leurs dossiers, 10 couvrent les champs des sciences humaines. Pour plus de précisions quant aux critères de chaque section : www.cnrs.fr/comitenational/doc/criteres/ce_sections_2012_16.pdf.

Prendre contact avec des laboratoires dans lesquels vous souhaiteriez travailler est une bonne manière de comprendre leurs besoins et d’obtenir leurs éventuels soutiens. Souvent les laboratoires invitent les candidats-es à prendre part à des réunions d’information et d’échange. Se rendre à ces réunions en vue de solliciter le soutien d’un laboratoire est fortement conseillé.

Pour les auditions, il convient de garder à l’esprit que les membres des jurys sont particulièrement mis à l’épreuve durant la semaine d’auditions, et qu’ils n’ont pas tous-tes pris connaissance de manière approfondie de votre dossier. L’audition est donc une épreuve assez éprouvante pour les candidats-es, qui disposent de très peu de temps pour rendre compte de la pertinence du projet, et pour les membres du jury, avec lesquels les échanges sont également succincts. Ici aussi, l’exercice consiste à être synthétique et convaincant. Durant l’audition, c’est le-la candidat-e, sa personnalité, son mode d’argumentation, sa spontanéité qui sont mis à l’épreuve.

Références   [ + ]

1. Voir ANR : www.agence-nationale-recherche.fr/financer-votre-projet/appels-ouverts/appel-a-projets-generique-2014-2014 & Commission européenne : ec.europa.eu/france/news/evenements/europe-2020/index_fr.htm
2. Pour plus de précisions quant au concours, à la fonction de CR, aux auditions, etc., consultez le site dédié du CNRS : www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/informer/default-fr.htm
3. Les sections sont fixées par le Comité national de la recherche scientifique : www.cnrs.fr/comitenational/sections/intitsec.phpCes sections sont composées de 14 membres élus et de 7 membres nommés, représentant les corps de chargés de recherche, de directeurs de recherche, de maîtres de conférences et de professeurs des universités. Chaque bureau est en place pour une période de quatre années et a en charge la politique de recrutement (modalités d’évaluation, types de dossiers, etc.).
4. Parmi les 41 sections dans lesquelles les candidats-es déposent leurs dossiers, 10 couvrent les champs des sciences humaines. Pour plus de précisions quant aux critères de chaque section : www.cnrs.fr/comitenational/doc/criteres/ce_sections_2012_16.pdf
POUR CITER CET ARTICLE :

Stéphane Heim. (01/05/2014). « Comment devenir chargé de recherche au CNRS ? ». Le Guide du Doctorat en SHS. Strasbourg : Doxtra. Consulté le 15/08/2018 : http://guide.doxtra.org/apres-la-these/comment-devenir-charge-de-recherche-au-cnrs/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *