Les Doctoriales®

Il s’agit d’un séminaire résidentiel intensif de cinq jours et demi, animé par des professionnels-elles de l’entreprise et des consultants-es en Ressources Humaines. La semaine est rythmée par les interventions des professionnels-elles1 La qualité des Doctoriales® tient à la richesse et à la diversité des interventions professionnelles (environ 50 intervenants-es !) en séances plénières, les visites d’entreprises et les séances de travaux en équipes pluridisciplinaires de doctorants-es2 Malgré une ouverture à l’ensemble des doctorants-es, les sciences sociales sont faiblement représentées. Cela pose question dans le contexte de raréfaction de postes dans l’enseignement supérieur et donc de l’urgence d’une réflexion sur d’autres voies d’insertion professionnelle..

Tout au long de la semaine, les doctorants-es sont également invités-ées à remplir un questionnaire quotidien d’évaluation des Doctoriales®3 Une démarche imposée qui peut toutefois s’apparenter à du pointage en règle., permettant de faire un point sur les apprentissages réalisés et de proposer des améliorations pour les Doctoriales® suivantes.

Le programme des Doctoriales® connaît 4 moments forts :

  • La session poster : chaque doctorant-e réalise un poster présentant le sujet de sa thèse pour un public non averti4 Soit les doctorants-es d’autres disciplines, le présente à son groupe et évalue tous les autres (les meilleurs posters de vulgarisation sont récompensés) ;
  • La découverte du monde de l’entreprise : par les visites d’entreprises (un conseil : échanger directement avec les personnes sur place) mais aussi des professionnels-elles qui interviennent en plénière pour exposer les réalités et les défis auxquels les entreprises sont confrontées. Le propos est très axé sur la communication et le marketing ;
  • La gestion de projet et de l’innovation : les séances plénières, portant sur la créativité, la gestion de projet, le business plan, l’ingénierie financière, préparent les doctorants-es à élaborer en groupe un projet innovant qu’ils-elles vont soutenir devant un jury de professionnels-elles. Dans cette optique, les travaux de groupe (les plus enrichissants) sont agrémentés de visite d’experts-es/évaluateurs-rices généralement issus du management de projet pour initier le groupe aux méthodes de gestion de projet (attention à la novlangue) : établir un budget type, définir une stratégie de communication autour du projet (rarement un bien, souvent un service), etc. …

Le choc culturel peut être brutal, néanmoins, il vous fera prendre conscience de l’écart du monde universitaire et du marché de l’emploi privé – régi selon d’autres valeurs et impératifs.

  • L’emploi des docteurs-es : la situation de l’emploi des docteurs-es est exposée par un-e représentant-e de l’ORESIPE5 Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle des Etudiants (ORESIPE)., s’ensuit une table ronde sur l’insertion professionnelle des docteurs-es (par des recruteurs-euses notamment) et des témoignages de docteurs-es en entreprise. Il s’agit alors de tâter le pouls de l’employabilité du-de la doctorant-e sur le marché du travail.

Les inscriptions sont ouvertes de juin à juillet (avec une préinscription obligatoire en ligne), attention les places sont limitées !

Les frais de participation par doctorant-e s’élèvent à 50€ seulement pour la semaine, en réalité la formation coûte environ 1 000€ par doctorant-e. Ces frais sont soutenus par le ministère de la recherche (via l’Association Bernard Gregory), les collectivités locales et les Écoles Doctorales. D’autres informations sont disponibles sur : www.unistra.fr/index.php?id=17073#c75372

En dehors du caractère éminemment « marketing » de la formation, il s’agira d’une première initiation dans un autre univers que celui de l’enseignement supérieur. Par ailleurs, elle vous permettra de côtoyer dans un cadre agréable d’autres trajectoires doctorantes et de relativiser sur votre sentiment d’isolement, également partagé par les collègues des sciences dites « dures ».

Références   [ + ]

1. La qualité des Doctoriales® tient à la richesse et à la diversité des interventions professionnelles (environ 50 intervenants-es !)
2. Malgré une ouverture à l’ensemble des doctorants-es, les sciences sociales sont faiblement représentées. Cela pose question dans le contexte de raréfaction de postes dans l’enseignement supérieur et donc de l’urgence d’une réflexion sur d’autres voies d’insertion professionnelle.
3. Une démarche imposée qui peut toutefois s’apparenter à du pointage en règle.
4. Soit les doctorants-es d’autres disciplines
5. Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle des Etudiants (ORESIPE).
POUR CITER CET ARTICLE :

Stéphanie Fischer et Elodie Piquette. (01/05/2014). « Les Doctoriales® ». Le Guide du Doctorat en SHS. Strasbourg : Doxtra. Consulté le 23/07/2018 : http://guide.doxtra.org/pendant-la-these/les-doctoriales/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *